vendredi 8 septembre 2017

L'art de savoir parler aux enfants

Un petit matin frisquet de début septembre.

Lomalarchovitch, joyeux, est en route pour l'école.

Arrivé là-bas et débarrassé de son sac et de son ciré, il s'allonge de tout son long dans le couloir. Hilare mais résistant.

Remise d'aplomb du jeune homme, installation en position debout face à la porte d'entrée de la classe, prêt à franchir le seuil.

Refus d'obstacle : "non je ne veux pas y aller".

Câlins, questions, rebisous, allez zou, on y va.

"Non, je ne veux pas y aller".

Alors la maîtresse se penche vers lui et lui glisse un "viens, on va sortir la pâte à modeler, ce matin".

Sourire lumineux du gamin, déjà dans la classe sans un regard en arrière.

Elle a tout compris, la maîtresse.

(À la décharge de Lomalarchovitch, l'école, c'est rigolo, mais découvrir qu'il faut y aller 4 jours par semaine c'est peut-être un peu étrange. Et surtout, ces mômes qui pleurent et hurlent à la mort pour ne pas entrer, c'est carrément stressant pour tout le monde. Moi aussi si j'avais trois ans je me dirais que si le môme d'à côté hurle comme ça, il doit avoir de solides raisons :D)

RouteEcole.jpg

Billet original sur Sacrip'Anne

mercredi 6 septembre 2017

Have you met Wyatt ?

Bon, alors il faut que je vous en parle un peu mieux, de ce vélo magique.

D'abord, il faut voir le brief. Je suis plutôt pétocharde et j'ai un sens très approximatif de l'équilibre. Du coup les engins où on est perché très loin du sol, ça n'est pas du tout ma came.

Le premier élément était donc : "un truc avec les pieds qui touchent par terre" (coïncidence, c'est aussi ma taille exacte !)

Ensuite, j'ai le fessier mou d'une princesse au petit pois sous-entraînée. Et facilement mal au dos. Il me fallait donc un engin confortable, autant que puisse l'être un vélo, avec si possible le dos assez droit.

Presque dernièrement, il me faut un vélo facile à entretenir, d'autant que je n'ai pas une place délirante (et encore moins de place où on peut salir).

Enfin, il fallait que j'ai envie de monter dessus. Donc un truc qui fasse que j'ai le coup de cœur pour lui.

J'ai donc commencé à regarder du côté des vélos hollandais, et de fil en aiguille et en recherches, je suis tombée sur les vélos Electra. Et amoureuse au premier regard d'environ toute leur gamme femme.

J'ai bien cherché à être raisonnable mais entre la grande enseigne de magasins pour le sport qui voulait absolument me vendre un vélo dont je ne voulais pas, et puis un coup de cœur de l'autre... que voulez-vous ?

J'étais juste un peu effrayée par le rétropédalage. Figurez-vous qu'il y a des gens qui ne s'y font jamais (à en juger par les fora) et qui ont le plus grand mal à redémarrer après un arrêt parce que leur pédale n'est pas à la bonne place.

Alors ça a bien pris 10 minutes de s'habituer au principe du rétropédalage, que je trouve assez intuitif, cool et pratique.

Il a aussi ce petit luxe : on peut changer les vitesses à l'arrêt :) Et des gros pneus hyper confortables (et non ça ne ralentit pas à mort) qui sont conçus pour limiter au maximum les risques de crevaison. Magique ! (Enfin ça je vous le dirai à l'usage long !)

Et surtout, surtout, cette magique Flat Foot Technology. Amis à la longueur de jambe ridiculement faible, je vous recommande. C'est hyper sécurisant et une fois installé, ça ne change pas énormément la sensation de pédalage. On est juste BIEN.

Vous l'aurez compris, Wyatt tient ses promesses et en plus il fait sourire les gens qu'on croise dans la rue tellement il est beau. Et oui !

Vive Wyatt !

IMG_20170902_184032.jpg

Billet original sur Sacrip'Anne

mardi 5 septembre 2017

42, my awsome bike, école

Ça y est, la rentrée est passée. Les jours raccourcissent, c'est bientôt l'automne, les champignons, les gratins, les pulls de plus en plus chauds... et le rush pro jusqu'à Noël, en ce qui me concerne.

J'ai l'âge que les geeks honorent, l'âge de la réponse. Hélas je n'ai pas, vendredi dernier en me réveillant, eu connaissance de la question. Ça viendra peut-être ?

Pour mon anniversaire, une équipe de joyeux lurons (merci merci merci encore) ont contribué à rendre beaucoup plus accessible mon crush qui ne l'était pas.

Car oui, un peu aiguillonnée par Clara qui aime faire du vélo mais qui manquait d'horizons dans le parc près de la maison, puis par l'existence d'une belle piste en bord de Seine à un jet de caillou de chez nous, j'ai retrouvé l'envie de faire du vélo. Alors après des heures de benchmark, de questions, de réponses, une remise en selle avec papa cet été, j'ai fini par céder au coup de foudre avec Wyatt[1].

C'est un vélo américain, complètement décadent tellement il est beau et uniquement fabriqué pour se balader pépère (à la plage si on en a une !). Un Townie Balloon de chez Electra. C'est incroyable, on monte dessus, et on sourit !

Wyatt.jpg

Voilà de quoi rendre colorés et joyeux les allers-retours vers la piscine, et pourquoi pas si la forme vient d'ici quelques mois au bureau ?

Me voici donc vieille mais ravie.

Les enfants sont bien rentrés.

Lomalarchovitch, hier, avec curiosité et enthousiasme. Il a bien aimé sa maîtresse et semblait, d'après les ragots, assez contents d'y retourner ce matin. Le voilà lancé dans une nouvelle vie et nous, sans bébé à la maison.

Sacha04092017.jpg

Cro-Mignonne, elle, a franchi ce matin aux aurores le seuil du collège. Sa classe porte la même lettre que la mienne il y a quelques décennies et elle est avec l'une de ses meilleures amies en sixième bilangue anglais-espagnol. Quant au Lutin, qui va faire une classe à horaire aménagé musique et apprendre le trombone (oui pauvre de moi), ça semble avoir roulé aussi.

Clara082017 2.jpg

Bref, nous voici repartis.

Note

[1] Comme Peter Fonda dans Easy Rider

Billet original sur Sacrip'Anne

Petit résumé.

S0179089

La petite fille adorable, obéissante, charmante et charmeuse s’est réveillée un matin en pré ado, limite imbuvable, adieu les « je t’aime Mab » les « c’est mon meilleur repas » et tant d’autres gentillesses.

Bonjour les yeux au ciel, l’air exaspéré, les bouderies, le regard qui me fait passer pour une débile.Jamais eu ça avec les garçons !

Un jour ayant eu conscience peut-être qu’elle avait un peu passé les limites elle m’annonce tout miel « pour ton enterrement je te ferai un beau discours. Connaissant son goût pour la grandiloquence et l’emphase je lui rétorque que dommage je ne serai plus là pour l’entendre ce à quoi elle répond « tu sais avec l’esprit on ne sait jamais. Elle  a pensé à tout, sa tenue, sa coiffure.

Bon je peux mourir tranquille, c’est une bonne chose.

De haussement d’épaules en rouspétances pour des vétilles le jour de la ramener à ses parents est arrivé.

Quelques jours en Provence et en famille, les retrouvailles avec les garçons, la chaleur écrasante, les discussions avec FU, la montée du Ventoux, en voiture,fascinant cet endroit, la visite de l’abbaye de Sénanque, le coup de cœur pour le cloître et il était temps de penser au retour et de se mettre au jardin, qui a pas mal souffert de la chaleur, des pluies violentes et des changements de température.

Hier Henri a fait sa rentrée à l’internat dans le Jura, 6 semaines sans revenir chez lui ce sera dur pour les parents et Eugénie.

Ce matin c’est Victor que retourne à l’internat à Montélimar mais lui revient toutes les fins de semaine. Eugénie fait sa rentrée le 7 et je crois qu’ Arthur est revenu de Prague lundi donc il a dû réintégrer la fac hier.

Vous savez tout ou presque.

Une info primordiale: La mort dans l'âme Henri a vendu sa moto

Billet original sur Les uns, les autres et moi

samedi 12 août 2017

A chaque jour...

IMG_5973

Une nouvelle vocation après, infirmière, cavalière, styliste, danseuse étoile encore mieux, princesse qui attend son prince charmant.

IMG_5970

Billet original sur Les uns, les autres et moi

jeudi 10 août 2017

Légère et court vétue.

CAM00112

Elle est descendue du train rayonnante, sautillante et bavarde. Un texto aux parents pour prévenir qu'elle était bien arrivée. Il a fallu sortir une petite laine du sac de voyage, passer de 45° à 18° ça change mais ne coupe pas la parole.

Eugénie était en mode haut débit nous savons tout sur les chatons, Edgar et Rose, sur les 15 jours aux scouts, le cadeau d'anniversaire qu'elle prépare pour Victor, la chanson qui tourne en ce moment et son désir d'aller sur la tombe de Pasteur, elle est fan depuis qu'elle a fait un exposé.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

mardi 1 août 2017

Ouf!

CAM00105Le trident a bien rempli sa fonction.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

lundi 31 juillet 2017

La fois où je n'ai pas eu d'enfant pendant 3 jours

Billet original sur Sacrip'Anne

lundi 24 juillet 2017

Après le trident...

CAM00102

le palan, résultat de tant d'efforts 1 souche extraite.

Dans l'idéal il faudrait enlever tout ce qui est à gauche de la chaîne.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

dimanche 23 juillet 2017

L'ingénieux.

CAM00091

Tout un réseau de racines à essoucher, l'outil adéquat n'existe pas, qu'à cela ne tienne Maky l'a fait.

Un rondin de cerisier, une fourche bêche , un long tuyau en ferraille, un poste à souder pour chauffer les dents de la fourche et les recourber, un peu d'idée et surtout une âme de Géo- trouve- tout et voilà une aide précieuse pour venir à bout ou pas d'un envahisseur dans le jardin.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

jeudi 20 juillet 2017

Quand reviendra t-elle l'envie?

Longtemps je me suis levée de bonne heure, pressée d'écrire, je me lève toujours de bonne heure mais sans l'envie d'écrire.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

mercredi 12 juillet 2017

52 ans.

Image1Et ça dure encore.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

mardi 11 juillet 2017

Trois ans

Ce bébé qui est le mien et qui n'a jamais paru très petit (même quand, par rapport à un adulte, il l'était) est donc maintenant un grand petit garçon de trois ans.

Il atteint déjà presque le mètre et ses seize kilos le rendent difficile à transporter - heureusement qu'il marche bien ! Par ailleurs il déborde de tout engin de transport de type poussette, du coup j'ai unilatéralement décidé qu'il serait marcheur. Ça lui va bien (on fait des trajets des parcours de motricité avec des graaaaands pas et du trottinage). Et quand ça ne lui va plus il vient se planter devant nous (en nous tournant le dos) pour demander les épaules. Ça marche pas mal sur son père et pas du tout avec moi.

Il a largué il y a quelques semaines les couches, sauf pour la nuit. Excellente nouvelle. Il réclame l'école comme un perdu - il aura bien le temps d'espérer les vacances par la suite - et démontre un grand talent dans l'art d'em... bêter ses frères et soeurs.

Pour son anniversaire il rêvait d'une cuisine, qui est installée depuis ce matin dans la nôtre. Il était à peine rentré de la halte-jeux qu'il a commencé à y préparer des cookies (imaginaires) et à y faire sa vaisselle (air-vaisselle devrais-je dire). On a eu un peu de mal à le coller à la sieste.

J'espère qu'il gardera longtemps ce goût pour faire à manger, qu'il nous en fera profiter plus tard (oui, esclavagiste, parfaitement).

Il est délicieusement bavard, cruellement dictatorial, parfaitement dégourdi et en quête d'autonomie.

Et quand il est de mauvaise humeur, c'est bien simple : c'est signe de grande faim.

Ce môme est génial [1]. Et en plus c'est le mien.

Note

[1] bien que fatigant

Billet original sur Sacrip'Anne

samedi 8 juillet 2017

Et un de plus.

Image50ans1

Cécile ma fille

Fille unique

Unique et multiple

50 fois merci

d'être toi.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

dimanche 2 juillet 2017

  Année scolaire 1936-37 lycée Molière, tante

 

mich_le

Année scolaire 1936-37 lycée Molière, tante Préférée, en 4 ème a Simone de Beauvoir comme professeur de français.

A la même époque son frère, mon père donc a un tout jeune professeur de lettres à Janson de Sailly, Paul Guth qui n'a pas encore écrit son premier roman.

Papa qui avait une grande expérience des professeurs , il avait fait pratiquement tous les lycées parisiens, disait de lui qu'il était bienveillant.

Aucune photo de classe pour papa...

Billet original sur Les uns, les autres et moi

jeudi 29 juin 2017

A la croisée de chemins

congrats.jpg
 

Ce fut une journée chargée émotionnellement. 

Dix-sept ans dans la communauté de Devereux, une école spécialisée dans l'autisme qui a accueilli M. Ziti dès septembre 2000, il y a de quoi avoir accumulé les aventures. 

Parmi celles que j'ai partagées avec ma communauté d'Un jour @ la fois, et pas des moindres, il restera toujours très cher à mon coeur, un marathon couru à Paris par Pablo

L'aventure scolaire s'est terminée, et l'académie scolaire a même délivré un diplôme dont il s'est montré particulièrement fier.

Moi qui ai toujours souri avec un peu d'amusement à ces professionnels qui encadrent leurs titres et lettres de noblesse dans leur bureau, qui ai toujours trouvé un peu trop spectaculaires les cérémonies rituelles de ces passages telles que mises en scène en Amérique, avec pompes et decorum vaguement ridicule à mes yeux, me voilà finalement ralliée à la tradition, et fière comme Artaban de mon jeune homme qui passe à l'étape suivante. 

J'ai encore un peu de mal à réaliser que toutes ces années seront désormais derrière nous, et finiront en cartons de souvenirs, avec toutefois quelques récits et plusieurs photos qui documenteront tant et tant d'efforts et des pas minuscules en apparence, quand on a le nez sur la tâche, pour des résultats gigantesques quand on sait qu'il n'y a pas si longtemps on disait encore de ces jeunes qu'ils étaient des retardés mentaux à 80 pour cent. 

M. Ziti n'ira pas à l'université, certes, ne deviendra pas (pour l'instant qui sait) docteur ou avocat ou ingénieur mais il a pris un plaisir immense à ce rite de passage qui marque son entrée dans le monde des adultes. 

La prochaine étape pour lui sera d'acquérir de nouvelles compétences, comme de prendre les transports en commun seul et payer correctement son billet dans un bus, en attendant qu'il soit admis dans un programme résidentiel en groupe protégé comme il le souhaite (vivre avec maman commence à lui peser comme à moi pour être honnête). Pour l'instant le nouveau personnel encadrant à l'atelier de jour où il a commencé sa nouvelle vie d'adulte est ravi de son enthousiasme et son indépendance : ma reconnaissance va aux enseignants et personnels infatigables qui lui ont donné tant et tant durant toutes ces années. 

diplome.jpg
 

 

Billet original sur Un jour @ la fois

mercredi 28 juin 2017

Avant après l'orage.

IMG_5726

IMG_5957

De l'inconvénient d'avoir une grosse tête.

J'ai beau me dire qu'il y a plus grave dans la vie je suis quand même très contrariée.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

samedi 24 juin 2017

Le comble de la paresse.

IMG_5956

Quand les vitres sont trop sales une seule solution enlever la fenêtre.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

jeudi 22 juin 2017

Sur la pente (pas très douce) vers les vacances

Je cours ces derniers mois, du boulot au boulot et puis les parents d'élèves, le conseil syndical (oui je me suis fait avoir en beauté, ils m'ont fait le coup de l'oeil de cocker malheureux), une formation chouette pour le boulot.

Bref, Lomalarchovitch avant-hier a déclaré qu'il ne m'aimait plus parce que je m'en allais trop. Je vous rassure, dès hier, il m'aimait de nouveau. Et puis ça l'a pris un peu de court quand je lui ai dit que mon amour pour lui n'était pas conditionné par son amour à lui. Et toc et paf, rep à ça. Ha.

J'ai l'impression qu'on me parle de futur lointain quand on me fixe des réunions en juillet, et puis un oeil sur le calendrier me fait lever un sourcil. Quoi ? Déjà ?

Tant mieux si ça passe vite, Ça rapproche des vacances. D'abord parce que j'ai hâte, ensuite parce qu'on doit arriver en bas à droite, là où la mer est douce et ne s'en va pas plusieurs fois par jour, au moment de la naissance de mon neveu.

S'il est aussi mignon et crapoutouilloufoumini que sa sœur (et ses cousins), ça nous promet une belle colo où les enfants seront presque aussi nombreux que les adultes.

Sans parler du lobbying sur le successeur au titre de chouette chien de mes parents, le vieux copain Pipo ayant vécu ces derniers jours il y a quelques semaines, au plus grand chagrin de toute la famille.

Bref, on a un programme chargé et prévisionnellement heureux, du coup vivement le bout du tunnel de boulot pour en profiter. Non mais ho.

Dans 5 semaines et demi c'est la quille.

Billet original sur Sacrip'Anne

22 juin.

Et que personne ne vienne me dire que les jours raccourcissent je le prendrai très mal.

Billet original sur Les uns, les autres et moi

- page 1 de 97

Haut de page