Ce temps ensemble

Je me faisais la réflexion que ce confinement, et le temps passé depuis puisque même si Lomalarchovitch pointe une tête de temps en temps à l'école et que le rythme de garde alternée des grands nous en prive une semaine sur deux, a été l'occasion de passer plus de temps avec mes enfants qu'à aucune autre occasion de nos vies communes, à part le congé maternité.

C'est d'autant plus chouette qu'en congé maternité, on est pas, à proprement parler, en congé, et que même si la venue au monde de ces petits êtres débutants est un moment de grande fascination sur la vie, sa force, son sens, et toutes ces sortes de choses, c'est aussi un moment intensément fatigant où l'on est, en général, pas trop disponible à soi-même.

Là, même s'il a fallu tout ensemble tenir la maison, la ravitailler dans des conditions parfois compliquées, faire l'école, les gardiens de la sérénité et du marketing pour ma part et un peu d'école en ligne pour L'Enchanteur, le niveau d'autonomie moyen des enfants était suffisamment élevé pour avoir des temps pour eux, des temps pour soi, des temps pour nous.

Cro-Mi a eu 14 ans la semaine dernière et je vois ce grand machin qui vire du bébé à la sagesse ancestrale en moins d'une seconde. De l'immense candeur à la ferveur militante, mille et une facettes en pleine explosion et une chouettement belle personne avec qui les conversations sont passionnées et passionnantes. Le temps va filer encore et demain ça sera une belle personne adulte qui m'appellera "ma petite maman" (même si ses chances de me dépasser sont en perte de vitesse, mais bon, si ça lui fait plaisir :devil: ).

L'an prochain ça sera le CP pour Lomalarchovitch, cette classe où on entre avec encore des traces du bébé qu'on a été et dont on sort enfant. Il nous restera quoi ? Encore un an ou deux de déplacements façon balle rebondissante après, un ou deux ans d'âge très bête et il sera à son tour pré ado, ado. Je vois ça avec un peu de nostalgie, ces jours-ci.

Et cette nostalgie de l'amour fou qu'ils ont pour nous enfant, des relations formidables qu'on a avec eux dans la petite enfance, est un peu consolée par tout ce temps qu'on a eu ensemble.

Bien sûr on les a faits pour qu'ils grandissent. Bien sûr qu'on aura des chouettes relations avec eux aussi plus tard, toute notre vie. Bien sûr qu'ils nous aimeront encore et qu'il y aura des câlins.

Mais vraiment j'ai aimé avoir ce temps volé à la vie "normale", même s'il fait questionner aussi ce qu'on trouve normal à la vie.

C'est bon, je savoure jusqu'à la dernière goutte.

Billet original sur Sacrip'anne

Haut de page