Le bruit et la fureur

boite_a_air.jpg
 

Impossible de le nier, l'état d'une grande partie de la population américaine est déplorable. 

On signale énormément de consultations psychiatriques et les psychologues semblent également rapporter que leurs patients viennent consulter et ne parlent ensuite que du résultat des élections d'octobre dernier. 

Dans une semaine, Donald Trump, surnommé par certains, le cône de signalisation, sera bel et bien implanté, et c'est la planète entière qui devra subir les conséquences, comme ça a toujours été le cas, des politiques internationales et intérieures des Etats-Unis.

On aura beau dire, les huit dernières années, même avec pas mal de déceptions, et surtout en dépit de l'obstruction indécente de la part des membres du Congrès américain appartenant au Parti Républicain, on s'en est plutôt bien tirés.

Et nous, ici, nous avons eu droit à un pouvoir exécutif décent, élégant, digne, intelligent et intelligible en plus d'être relativement progressiste sur notamment les questions des droits civiques des minorités, et toutes ces avancées sont aujourd'hui en grand danger, ce qui affecte non seulement les minorités en question mais aussi leurs alliés objectifs, d'où l'afflux de consultations de personnes désemparées et stressées. 

Est-ce bien normal ? 

Pour rester zen, il faut vraiment puiser dans des ressources inhabituelles.

Alors, quand je reçois des cadeaux surprises, comme cette petite boîte à air pour voir la vie en rose qui a traversé les fêtes, l'an et l'Atlantique, pour arriver, toute légère et si inattendue dans ma boîte à lettres, accompagnée de la plus adorable des cartes de voeux écrite à la plume et à l'encre bleue, c'est vraiment comme si tout le bruit s'évanouissait et seules les belles pensées viennent s'installer pour les moments qui seront indispensables à se recharger. 

Et quand on sait que cette jolie surprise vient du coeur qui bat via les rencontres internautiques, de celles qui se moquent bien des distances, des différences pour ne vivre que de l'échange, du partage, du don, de l'art et des belles choses, comme des tulipes qui poussent au mois de janvier, c'est le sourire qui s'installe sur mes lèvres et chasse définitivement toute la fureur qui a pu monter par vagues, et qu'il suffira d'un peu de l'air qui s'échappe de cette boîte pour le ramener à chaque fois ! 

 

 

 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page