L'éléphant blanc

gift.jpg
 

Ou "la poubelle des uns peut devenir le coffre aux trésors de quelqu'un d'autre". 

Notre directrice du branding (image de marque) a invité son équipe de choc à un dîner dans un petit restaurant de la ville. Je ne sais pas si c'est en hommage à mon humble personne ou pas, mais il s'agit d'un restaurant français, le "Sucré-Salé", enfin, restaurant, plutôt une crêperie on va dire, hein, mais pour mes collègues américaines qui ne sont pas familières des subtilités de l'art de vivre snob dont je suis issue, la distinction n'est pas apparente, surtout que la carte affiche des prix qui n'ont rien de crêperie bretonne ! 

Pour bien marquer le fait qu'on reste américains coûte que coûte, elle nous a invitées à participer à une tradition de la saison d'échanges de cadeaux, appelée "white elephant gift exchange", ou "Yankee Swap" : sa consigne était de rapporter un cadeau qu'on vous a fait et que vous détestez et vous le refilez dans le pot, avec l'espoir que quelqu'un l'adorera et vous aura apporté une horreur que vous serez absolument enchantée de rapporter chez vous à la place. 

Après un branle-bas de combat, et une farfouille en règle de mon placard, j'ai opté pour trois cadeaux qui ont été accueillis par leur nouveau propriétaire avec l'enthousiasme requis : un appareil photo numérique que personne n'utilisait qui avait été offert à M. Zebu par son père (j'espère que j'ai bien remis toutes les pièces nécessaires à sa bonne marche dans la boîte), un sac de voyage pour chaussures encore dans l'emballage plastique intact et une blouse chemisier jaune offerte par une amie d'un autre cercle (ne pas risquer l'impair, même si la blouse est restée suspendue dans ma penderie pendant quatre ans, avec encore l'étiquette de la boutique, un signe que jamais je ne l'aurais portée).

Je doute très fort de la sincérité de l'enthousiasme de l'adorable petite dame qui a hérité de la dite blouse, d'autant plus qu'on n'a pas vraiment le même buste, elle et moi, et mon seul dédouanement, c'est que ce chemisier ne prend pas de place et qu'elle a aussi pu empocher le sac à chaussures qui a eu l'heur de l'enchanter.

Quant à moi, me demanderez-vous ce que j'ai pu hériter ? J'ai refusé le premier colis de cosmétiques pleins de parabens, d'alcool et autre, même si l'emballage était paré de vertus de la "Philosophie" ... je suis repartie avec une belle boîte de papier à lettre. Il y a très longtemps que je n'écris plus guère de lettres manuscrites : est-ce que je m'y remettrai cette année ? Ce joli papier grammé et élégant sera peut-être une bonne chose pour l'année qui vient ! 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page