Infimes victoires

adventure-1840448_640.jpg

Photo : Pixabay / Pexel 

 

Un jour de semaine ordinaire, fait des contrariétés à répétition, comme les éternels abrutis qui choisissent de se garer en travers de votre garage, en bloquant l'accès ou la sortie pendant des heures, plutôt que de faire vingt-cinq mètres à pied pour se garer sur une place légale réservée aux visiteurs. Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas une pancarte d'interdiction de stationner. Ce n'est pas comme si ce n'était pas au moins une fois par semaine. En ville, on tue pour moins que ça.

L'agacement d'une réunion conduite par une autre incompétente qui vous fait perdre deux heures - heureusement que ce n'est qu'une seule fois par mois, mais c'est la quatrième tentative, et ce sera sans doute ma dernière, de participer à ce groupe de travail, pourtant utile s'il était bien mené. Rien qui m'agace plus que de sentir le désintérêt évident pour les autres participants de la part de l'instigatrice, qui poursuit visiblement un but égocentré pour s'occuper ou se sentir importante, mais n'a pas d'impératifs financiers de réussite comme de produire vraiment du chiffre d'affaire à la fin de l'année qui puisse tenir la route. 

La déception de ne pas voir des résultats positifs après des jours et des semaines de préparation et de mise en oeuvre, et l'effort de résister à l'envie inutile devant les résultats positifs des autres partenaires. La  nécessité de chasser les idées noires - quand l'humeur ne s'y prête pas naturellement, c'est doublement compliqué - et de se rappeler qu'on ne se compare pas, que ce qui est un succès pour les autres intervient après qu'ils sont passés par les mêmes étapes décevantes que soi, et qu'ils n'ont pas abandonné avant que les résultats montrent le bout de leur nez. 

Alors quand votre jeune homme vous aborde avec un sourire un peu emprunté et vous tend son iPod bloqué dont le système ne répond plus au lieu de s'être mis dans tous ses états et l'avoir jeté du haut de la mezzanine sur le carrelage, vous vous dites que vous avez gagné la plus belle des victoires de la semaine, s'il a enfin compris qu'il lui suffit de me demander de le débloquer, et que ça marche comme ça. Ca nous aura pris quoi, six, sept ans ? mais ça valait le coup. 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page