Les petits délices

cahier_herakes.jpg
 

Je suis ravie lorsque les décisions que je prends s'avèrent bénéfiques, bien sûr ! 

Alors ma décision d'hiberner hier soir, suivie d'une décision - respectée - de faire la grasse mat' pour inaugurer ce chabbat, sera applaudie par ce billet. 

D'avoir très bien dormi, et longtemps, et tard, ne m'aura pas ensuquée, mais aura visiblement enrayé la crève (grippe? fatigue ? conséquence d'un système immunitaire affaibli par la dépression ? allez savoir ! je m'en moque un peu), le tout, c'est d'arrêter de me sentir si flagada (et non pas chlada, n'est-ce pas !). 

Et puis, quand j'ai ouvert les yeux, et qu'il faisait grand jour, il faisait suffisamment de soleil encore - depuis ça c'est couvert - pour que la première chose que j'aie eu envie de faire a été de sortir m'étirer, oui, avant de m'habiller et par moins un degré, c'est peu raisonnable peut-être à première vue, mais je suis très bien couverte quand je sors de dessous ma couette parce que je dors en chaussettes, moi madame ! et même en bonnet, qui ne me quitte guère, surtout en ce moment. Rien de plus ravigorant que de s'étirer au soleil dans la nature. 

Le reste de mon chabbat a été délicieux et la tombée de la nuit est venue bien trop vite, marquant le signal qu'il faudrait vite reprendre le collier, ou bien évaluer s'il serait raisonnable de continuer sur ma lancée des décisions radicales et péremptoires : par exemple, demain, il y a une réunion à laquelle je ne suis pas du tout indispensable, à laquelle la curiosité pourrait m'inciter à participer, mais au fond de moi, une petite voix qui me dit que je pourrais tout aussi bien gagner ce temps de n'avoir PAS à m'y rendre en bien-être... à moins que la culpabilité prenne le dessus. 

Il y a un bulletin météo qui prévoit des averses de neige légère pouvant saupoudrer la région : c'est décidé, s'il neige, je ne bouge pas de chez moi. Je regarderai tomber les flocons par la fenêtre. Lundi matin, ce devrait être plus sérieux, et peut-être même, comme lundi dernier, il y aura un coup de téléphone hyper matinal pour retarder ou annuler les ramassages scolaires. 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page