Ces expressions horripilantes

elephant.jpg
 

Il y a plusieurs années, notre rabbin avait pour habitude de taxer ses étudiants pour chaque fois qu'ils utilisaient le mot-béquille que tous les jeunes de moins de trente ans - les millénials n'est-ce pas - aspergent à tout bout de champ dans la moindre phrase (like). Si vous n'êtes pas exposé à la version originale, ça ne vous dira rien, il n'y a pas de traduction que je connaisse, puisque pour ma part, j'ai complètement - genre - perdu le contact avec l'évolution de la langue, de l'argot, du vernaculaire et de l'oral, ce qui me donnerait presque à penser que j'aurais probablement besoin de sous-titres pour suivre un feuilleton ...

Toujours est-il qu'à l'écrit, il y a bien une tendance qui m'horripile et m'horrifie, et dont je constate l'étonnante propagation sur les réseaux sociaux, je veux parler de l'utilisation du verbe "partager" à une forme que je n'arrive même pas à qualifier, où le complément d'attribution est devenu complément d'objet direct (!?), et dont je n'arrive vraiment pas à déterminer la provenance ni l'intention : alors que ce verbe est pour moi clairement un verbe transitif qui appelle un complément d'objet direct ET un complément d'attribution (partager quelquechose = complément direct, avec quelqu'un), le voici devenu quasi réflexif tout à trac, et cela m'arrache les yeux des orbites. 

Dites-moi, sérieusement, depuis quand "vous partage-t-on" cette hérésie ? je ne peux même pas trouver une vague possibilité que ce serait une traduction mal tournée de l'anglais puisque le verbe en anglais appelle clairement une préposition ! Suis-je la seule puriste ? est-ce un nouvel ognon qu'on m'aurait caché ? 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page