Pas la papaïe mais la mandarine

IMG_5863

 

Dans les années 50 il y avait les écorces de mandarines que maman posait sur la grosse cuisinière en fonte, le mélange du bois qui brûlait et des écorces reste pour moi le parfum d’ambiance le plus évocateur de mille souvenirs.

Ensuite il y a eu le modernisme du tout au fuel, les poêles à bois remplacés, le parfum d’ambiance n’était plus tout à fait le même mais l’écorce de mandarine parfumait bien la maison.

On n’arrête pas le progrès, est venu le temps du chauffage central, plus de source de chaleur suffisante alors le système D est venu à notre secours, un bon vieux réducteur de flamme sur la gazinière  et voilà le parfum de l’écorce de mandarine qui se répand dans la pièce.

Guérit-on jamais de son enfance ?

Billet original sur Les uns, les autres et moi

Haut de page