Jeunesse debout

jjhs_2016_11_15.jpg
 

Sous une pluie battante de novembre, ils ont manifesté silencieusement leur solidarité avec les plus démunis qu'eux, les malmenés, les discriminés, les menacés, les moqués de cette campagne électorale épouvantable et qui se retrouvent désormais en première ligne des peurs légitimes que ce mandat nous apporte en plus des inquiétudes pour une planète en danger.

Eux qui n'ont pas encore le droit de vote et à qui on lègue un tel désastre, je suis fière d'eux, et honteuse pour le coup, surtout quand on sait qu'un tiers à peine des adultes se déplace pour voter, si ce n'est pas un scandale, je ne sais pas ce que c'est. Il y a de quoi être vraiment en colère. 

(Il s'agit du lycée de notre ville du milieu de nulle part, ils étaient peut-être deux cents dehors, et c'est la première fois que je vois une manifestation politique locale organisée par les lycéens eux-mêmes, cela m'a remis un peu de baume au coeur après les fanfaronades racistes des collégiens trumpistes la semaine dernière).

Et pendant ce temps, l'équipe de transition n'arrive pas à constituer de cabinet. On a un sacré leader en perspective. Allez, je le remets une deuxième fois dans le même billet : quel désastre en perspective. Il va en falloir des moments debout et déterminés. 

Billet original sur Un jour @ la fois

Haut de page